Un pouvoir de coordination plutôt qu’un pouvoir de subordination.

Il me semble que le pouvoir centralisé en politique moderne doit aujourd’hui être une pouvoir de coordination et non de subordination.

Le peuple est de plus en plus informé et formé ou en mesure de l’être grâce au potentiel de la communication numérique et aux nombreuses associations politiques citoyennes alternatives, il me semble donc qu’un nouveau pouvoir centralisé en politique moderne devrait s’exercer selon cinq vecteurs.

  1. Détecter, reconnaître ce qui est juste pour le bien commun et bénéfique à tous.
  2. Transmettre par des moyens pédagogiques objectifs les connaissances nécessaires permettant au plus grand nombre de comprendre et choisir librement sans influences.
  3. Inciter le plus grand nombre à apprendre, à s’exprimer, à se responsabiliser et à participer à la démocratie directe par la consultation numérique fréquente.
  4. Écouter et respecter les élans et décisions majoritaires.
  5. En cas d’impossibilité de consulter la population pour une raison temporelle ou technique lors par exemple d’une menace grave pour l’intégrité de la nation, décider lui-même selon son évaluation de ce qui est juste pour le bien commun et bénéfique à tous.

Ce pouvoir devient donc un pouvoir de coordination plutôt qu’un pouvoir de subordination.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s